M.I.C.E.L

journal de phi ( suite ) IV

 

PERIODE / 1999 ...2003

 

POUR GLOSSAIRE DES TERMES VOIR JOURNAL i

 

Comme j ai dit j'ai traqué les fautes  d'ortho

et j'ai ajouté d'autres fautes  sur les dates

 

Si j'ai même pas le droit de tricher dans mon propre journal

alors où est la liberté d'expression , hein ?

 

M.A.J  12/07

 

___________________________________________

 

 

 

 

…. 14 Mai 1999

Le frénésie du Millénium a déjà commencé

La société joue aussi à se faire peur avec le « y2k « 

Entendez le comportement imprévisible des systèmes informatiques au tournant du millénaire

Un peu d’eau à mon moulin ?

J’ai fait comme tout le monde

Repas chez «  Franççoise « 

Cette  idiote qui n’arrêtait pas  de répéter qu’elle aimait surtout partir ?

Ou ça ai-je demandé ? 

" aux toilettes   ? ai-je  ajouté in petto 

car j'ai peur des chiens qui aboient et des  femmes en colère qui crient 

 

 

Elle voulait en plus me fourguer son ouvrage sur la graphologie 

Même pas de bibliographire ?

Vous auriez donc la science infuse ?

Merçi bien madame unee autre fois peut-être ...

Quand je saurais quoi écrire

 

Mardi 25 Mai 1999

Existe-t-il un problème capital dans l’organisation des relations sociales ?

Autrement dit : un problème dont la solution entraîne ipso facto la résolution de tous les autres problèmes ?

J’ai souvent répété içi même qu’il était impossible de baser une organisation sociale sur un seul principe , mais deux au moins

Et par suite , quatre , huit ,seize trente deux etc ….

Tous les principes ( on a parlé aussi de couples ) ont un énoncé direct et une réciproque

Par exemple toute direction d’une société , ou d’une nation doit comprendre un axe de pensée et un autre d’action

Il faudrait éliminer d’emblée , le problème du suicide puisqu’il ne résout rien , pour la société du moins

Reste le problème de la répartition des tâches : pourrait –on raisonnablement supposer que si chaque individu avait une occupation « fondamentale » la société s’approcherait de l’idéal

Et c’est là que tout se complique :

Le statut idéal d’une société a été défini tel que tous les besoins exprimés soient couverts par des aptitudes développées au sein de cette même société

Il revient au même de dire , que dans une société dite multicritères , il existe pour chaque individu , une aptitude au plus pour laquelle il est considéré « supérieur » à tous les autres ; et une aptitude au moins pour laquelle il est considéré « inférieur » à tous les autres

Sans oublier la réciproque sur les besoins correspondants à ces deux aptitudes

 

Mercredi 14 Juillet 1999

 

Le scandale de nos sociétés civilisées où l’on tolère encore qu’un humain puisse mourir de faim est dù à cette croyance erronée que tout être doit gagner sa vie . Comme si la vie n’était pas un don de dieu ( ou de la Nature, je n’ai pas d’opinion arrêtée sur de point )

Un des avantages de la hierarchie circulaire dont j’ai déjà parlé dans ce journal c’est de découpler les activités ( ou les aptitudes) des salaires revenus et autres avantages auxquels elles sont censées donner droit . Tout être humain a droit à une vie décente quellesquesoient ses aptitudes et quels que soient ses besoins

Par conséquent un humain ne doit pas être nourri et blanchi à raison de son travail mais à raison de sa seule existence d’être humain

Le but du travail – mais parlons plutôt d’activité , ce terme est trop controvertiel – le but donc de toute activité doit être non pas la satisfaction de tous les besoins – tâche à la fois irréalisable et inefficiente – mais l’équilibre des besoins par les aptitudes

On a pu dire à certaines époques : «  à chacun selon ses besoins , ou bien encore à chacun selon ses mérités , selon son travail etc ….

Il est à la fois vain et contre l’intérêt même des sociétés de chercher à satisfaire tous les besoins de tous les individus , je tenterai d’expliquer pourquoi dans la suite de cet ouvrage

A propos des mérites un poête a eu une formule lapidaire

« judge the men following thei merits , who shall escape the whip ? »

Quant au travail j’aimerais bien qu’on m’explique pourquoi ou bien au nom de quel principe il devrait donner droit à une rémunération

Entre le mauvais acteur qui passe du bon temps et le spectateur qui a payé pour s’ennuyer qui la société a chois de rémunérer pour ses « « efforts » ?

De l’avis même d’un acteur du « bebête –show » il s’amusait tellement avec son spectacle qu’il trouvait immoral d’être payé pour ce faire

J’aurais souhaité que d’autres acteurs , ou d’une manière générale d’autres travailleurs aient la même honnêteté et le même courage

*

 

Le « bébête-show «  pour les lecteurs qui ne l’auraient pas vu était un spectacle télévisuel des années 80 , c-a-d de l’époque où je supportais encore un téléviseur , et où chaque homme politique était représenté par un volatile ou un animal quelconque , Monsieur de La Fontaine revisité en quelque sorte , ou revu et corrigé par le progrès

Les besoins peuvent être divisés en plusieurs catégories les uns sont réels et pressants comme le besoin de dormir dou de boire mais d’autres sont imaginaires ou induits par la publicité , le mimétisme et tant d’autres causes . Dire par conséquent «  à chacun selon ses besoins est un vœu pieux qui montre à l’évidence que son auteur n’a pas beaucoup réflechi au problème

Ce qui est par contre évident c »est qu’une population mal nourrie par exemple va engendrer pour l’Etat des dépenses de santé sans commune mesure avec les économies qu’on croyait, pouvoir ainsi réaliser sur sa nourriture . Et le raisonnement pourrait s’étendre sans difficultés aux autres besoins vitaux tels que l’habillement le logement et même mes loisirs car la santé mentale d’une société est aussi importante que sa santé physique

C’est ce qui a été résumé dans kla formule précédente : d’une manière générale il est dans l’intérêt d’une communauté que tous ses membres aient une vie décente

Pour apprécier correctement les besoins d’une communauté ou d’un individu il faut remonter aux sources c-a-d aux cellules du corps humain

Je reprendra plus tard cette discussion , pour l’instant je sens moi aussi un besoin pressant de sommeil

 

Dimanche 26 Septembre 1999

Besoin de faire le point : Peut-on résumer une « philosophie «  en quelques mots

Je dirais alors que je rêve d’une société où il n’y ait rien à vendre . Supposons que les marchandises et tous les biens nécessaires à notre survie soient entreposés accessibles à tous Mais j’ai bien conscience que la mise en pratique d’une telle idée exigerait une certaine maturité des gens . En particulier l’instinct de propriété qui a causé beaucoup de tort à l’Humanité devrait être extirpé de la nature de l’homme . Mais c’est là que tout se complique : pourquoi la Nature a-t-elle mis en nous ce besoin d’appropriation ? C’est encore un des mystères que j’ai vainement cherché à comprendre , alors ne compte pas sur moi cher lecteur pour l’expliquer . Tout serait tellement plus simple si chaque homme ( ou femme ) ne prenait dans ces magasins sans caisses que les articles dont il a un besoin immédiat. C’est en fait la peur de manquer qui, nous pousse à nous approprier des choses dont nous n’avons nul besoin. Par exemple je n’utilise une perceuse qu’occasionnellement , alors pourquoi la stocker dans ma demeure ? privant ainsi d’autres de son usage

*

 

Tu remarqueras , cher lectrice que je me suis surpris en flagrant délit de contradiction , d’où ces italiques ajoutées après coup au possessif « ma » . D’où nous vient ce désir d’avoir sa maison sa voiture , son entreprise ? Ne pourrait –t-on s’arrêter lorsque la satisfaction d’un besoin individuel entraîne plus d’inconvénients que d’avantages pour la société toute entière ?

Mais là encore il faut entrer plus profondément dans nos « complexes » psychologiques

Le lecteur doit bien comprendre que lorsque je cherche à substituer le désir d’usage à l’instinct de propriété , je pense seulement aux bien impersonnels et à usage multiple , je ne parle pas bien évidemment des chaussettes ou des brosses à dents.

J’ai pris les exemples de perceuse ou de véhicule , mais il est facile d’allonger cette liste à des milliers d’autres produits qui répondent à des besoins ponctuels .

On m’a souvent objecté que ce « système » pouvait engendrer le chômage : si le même véhicule pouvait servir à plusieurs personnes , il devient inutile d’en fabriquer de grandes quantités , d’où les pertes d’emploi . Mais qui a dit que le travail était une nécessité ou même un besoin ? . Nos aptitudes nous conduisent certes , à exercer une activité , mais pourquoi cette activité devrait-elle être rémunérée ? Si chaque membre de la société conduisait sa vie selon ses besoins et ses aptitudes propres sans chercher à imiter ni à faire mieux que le voisin

Il n’y aurait nul « besoin » de gagner sa vie.

Comme j’ai déjà dù l’écrire , découpler les occupations des revenus , telle serait une des missions ( et aussi un des avantages ) de la société multicritères

*

 

Je rêve d’une société multicritère; je suis désolé d’utiliser un terme un peu barbare , ce n’est nullement pour en « mettre plein la vue «  comme on dit , c’est seulement que je n’ai pu trouver un synonyme plus simple et tout aussi approprié

Donc quand je parle d’une société multicritère , j’entends exprimer l’idée que les talents

( aptitudes) sont si nombreux qu’il devient inutile voire impossible d’imiter le voisin

Là encore les choses se compliquent puisque le mimétisme est un besoin naturel , mais si ce besoin conduit à des encombrements sur les routes , des files d’attente dans les magasins ou en tout autre endroit , il faut savoir le réfrener . La Nature nous a aussi gratifié de l’aptitude à la retenue , transformer cette aptitude en besoin telle serait une des qualités de l’homme nouveau , l’homme mature qui irait se servir dans un magasin de type nouveau , lui aussi , sans avoir peur de manquer , sans faire comme le voisin , sans contrefaire ses besoins

Ce rêve paraît conforme à une tendance : le lecteur parisien aura sans nul doute remarqué sur les trottoirs quantité d’objets utilisables ; il suffirait d’accélérer cette tendance , de l’organiser

Appelons donc les poubelles des magasins libres – j’hésite à employer ce terme encore connoté de magasin ;mais je n’en vois pas d’autre – et le tour est joué . L’homme nouveau n’a plus de « complexes » , il ne trouvera rien d’humiliant à utiliser des objets ayant déjà servi à d’autres . Combien de réticences faudra-t-il encore combattre pour que ce rêve passe de l’état d’utopie à l’état de réalité ? je suis incapable de répondre à cette question

*

 

L’idée de panthéisme m’a beaucoup intrigué , au point que je me suis souvent demandé si je l’avais trouvée tout seul ou si elle résultait de mes lectures . Je suis d’avis que les idées ne nous appartiennent pas plus que nos cerveaux ou nos corps ou notre terre . Les idées doivent donc être à la libre disposition de tous comme tous les « produits » que nous croyons fabriquer ou créer alors que nous ne faisons que transformer « Rien ne se crée , rien ne se perd tout se transforme » voilà une autre idée qui m’a impressionné dans ma jeunesse

J’en resterai là pour aujourd’hui

 

Dimanche 21 Novembre 1999

Je poursuis mon exploration philosophique : de quoi ai-je encore rêvé ?

Mesurer les besoins des individus en faisant appel aux biotechnologies : voilà encore un rêve de scientifique que je n’ai jamais eu le courage de transformer en projet

On a bien réalisé cette tâche qui peut sembler surhumaine : la cartographie du génome humain , pourquoi ne ferait – on pas une typologie des besoins – ou des aptitudes ?

Comment envisager une science économique sans délimiter au préalable son véritable objet : la satisfaction de tous les besoins . A tout le moins les besoins incompressibles .

Peut-être faut –il attendre une pénurie des ressources – l’énergie en particulier – pour que la science des richesses devienne une étude scientifique des besoins et des aptitudes

Peut-être encore le besoin d’une typologie ne s’est pas fait sentir

Au sens étymologique l’économie aurait plutôt pour objet l’organisation des processus de production des richesses . L’homme ne crée rien ,il ne fait que transformer les choses

Peut-on parler d’une science de l’organisation ?

Des questions , des questions …

 

Je ne crois pas que l’homme soit le créateur de son langage . Du reste ce problème est une aporie . On ne peut pas résoudre le problème du langage en utilisant le langage . Pas plus qu’on ne peut étudier les propriétés du cerveau avec le cerveau

 

Je ne crois pas que l’homme ait eu pour ancêtre le singe . Pourquoi cette croyance ne pourrait –elle pas être inversée : Le singe serait un homme dont les genes auraient muté .Ni l’homme ni le singe n’ont d’origine , parce que parler d’origine lorsqu’il est question des propriétés naturelles n’a pas de sens

 

Je crois enfin que le stade ultime de la démocratie est l’anarchie

Mais qu’est-ce que l’anarchie ?

Ma réponse : c’est le gouvernement de soi par soi ; aucune délégation de pouvoir , chaque individu construit sa destinée sans se laisser influencer par les « normes » sociales

Est-ce une chose possible ? Dans les conditions de vie actuelle , certainement pas . Aussi bien j’ai parlé de stade ultime , ce n’est donc pas demain la veille

Mais comme l’ont écrit les Américains à Cap Carnaveral en citant je ne sais plus qui « ce qu’un homme a imaginé , un autre peut l’entreprendre « 

 

Dimanche 23 Janvier 2000

Vu à la cité des sciences documentaire sur la progéria

Maladie dûe au vieillissement précoce

Des gamins aux figures ridées de vieillards

Quelle leçon de choses de la vie !

Des images de japonais nonagénaires : la province d’ Okinawa détient à ce qu’il paraît tous les records de longévité

A quoi seront-ils avancés lorsqu’ils pourront vivre 900 ans comme le père Adam

La vie ne se mesure pas seulement en temps mais aussi en intensité

Tu veux que je te dise ? ce qui leur pend au nez c’est le sort du sphinx : un balancement éternel entre le oui et le non , un coup de barre à gauche pour chasser les bonnes idées , un coup à droite pour chasser les mauvaises , voilà à quoi un bi ou tricentenaire passerait le plus clair de son temps

 

12 Février 2000

 

J’ai vu une fois un professeur qui avait fait son chemin dans le milieu universitaire tiquer lorsqu’un de ses poulains défendait avec trop d’ardeur une de ses propres thèses

Voilà un tic qui pourrait bien conduire en politique à une scission de parti , ou à une réforme dans le domaine religieux

Mais ce professeur serait-il resté célèbre s’il avait désavoué son poulain ?

Les chefs sont quelquefois dirigés par leurs subordonnés

 

2000

 

A propos de la francophonie

Ou : comment on passe insensiblement de la défense à l’attaque

De geignards les tenants de la francophonie deviennent bavards ,braillards , vantards , roublards et pour finir revanchards

Confirmation d’une reflexion antérieure : ce sont donc bien les faibles et les petits qui déclenchent les conflits

 

 

 

14 Juillet

 

Once upon a time …

Une Agora a conclu il a bien longtemps dans une contrée fort éloignée à la futilité de l’existence de l’homme

Sommé par son souverain ,de résumer une abondante littérature sur la conditioin humaine un sage des temps toujours anciens a dit qu’ils vivaient , souffraient et mouraient

Plusieurs siècles - ou millénaires- plus tard une assemblée de savants conclut à l’indétermination des mesures physiques de l’homme sur son milieu

Il y a certes un écart entre ces deux formules : la vie est une absurdité et « lorsqu’on veut mesurer la durée de vie d’une particule on est contraint d’user de calcul de probabilités

Et que veut dire au juste « durée de vie » lorsque l’ordre de grandeur est la nanoseconde ou la picoseconde ?

On n’est plus dans la futilité de l’existence mais dans la difficulté d’appréhension de la réalité.

 

Plusieurs millénaires se sont encore écoulés : le langage n’est même plus accessible au commun des mortels ; du reste il n’y a plus de « commun des mortels «  et le langage lui-même est devenu une simple transmission d’ondes comme tous les autres échanges qui peuplent l’Univers

Mais cet Univers est –il le même ?

Et Dieu dans tout cela ?

De quel coté se trouve donc la constante universelle du côté des physiciens ou des philosophes . Mais qui a décidé de séparer ces deux mondes ?

Pourquoi la gravitation serait-elle supérieure ou inférieure à l’angoisse existencielle

Après les colloques les savants des deux bords retournent à leur jardin ou leurs épouses

Que voulez vous donc faire contre le cycle $ ?

Puisqu’il réussit à transformer même nos gesticulations bouffonnes en « démarches scientifiques » c-a-d des mouvements d’amplitude et de fréquence variable r

Pour se conformer à cette (nouvelle) loi du cycle on va alterner admiration et consternation

L’éternel réveil de l’espoir après autant de démentis plus cinglants avec l’âge des civilisations n’a d’égal – et d’opposé- que l’incommensurable bêtise des espèces – elle recouvre tout aussi bien les animaux que les végétaux et les minéraux—

N’est-ce pas le meilleur plaidoyer qui soit en faveur d’une société multicritère ?

Coupler la stupidité avec la pugnacité pour faire tourner l’ensemble « économique et social »

En avant tournez manège !

 

 

 

15 Août

 

Métahysique de l’immannence

Ou transcendance dans l’immannence

Qui a raison ?

Du technicien virtuose des « mots »

Ou de l’homme tout simpple avec sa générosité

Il faut imaginer Sysiphe heureux

Non répond le penseur académique c’est une vue de l’esprit

Mais en définitive où est le problème ?

Le suicide ne devient un problème que s’il est posé de manière collective

Si Dieu ( ou la Narure ) ne redoutait pas cette éventualité pourqyuoui avoir inventé cette merveilleuse machine par quoi le monde se renouvelle sans cesse

Le cycle est cette opératuion magique qui transforme le desespoir en sourire rayonnant

Et Dieu vit que cela était bien

Donc Syssiophe peut aller se coucher à la fin de sa hournée

Il a bioen draoit au bonheuur contrairement à la logique académiqie de la pensée du monde

La Nature elle aiussi peut dormir sur ses deux oreilles - ?)

Il y aura toujours une boix imbécile pour choisir la vie

Et opposer ainsi son véto à la solution finale , choisie par l’homme

Et non par son créateur

 

Revoir et corriger

 

25 Décembre

 

Comment ne pas penser à Dieu et tout ça en pareil moment

 

A mon avis les prêcheurs qui disnet que Dieu cherche à nous éprouver ont otrt

Comment prêter à un être Suprême d’aussi basses intentions

Et d’auilleurs pourquoi l’Etre Suprême devrait-il avoir ades qualités – et donc des défauts inventés par l’homme – ou bien encore imporsées par une Nature dont on ne connaît rien sur la parenté avec le dit Etre Suprême

Supposons pour l’amour de la discssion qu’ils aitrent tous deux les mê :les buts

Alors le faiot qui’ils nous aient laissés dans l’ignorance ne peut aboutir qu’à une chose

Nous donner l’occasion de ne pas nous ennuyer comme des rats morts dans des bibliothèques en ruines

Comment en effet envisager une vie où l’on saurait tout sur Dieu la Nature et tout et tout

On n’aurait plus que l’envie de se suicider

Alors que si l’on se pose des questions sur le ce que j’appele le Kiosque

Ou le wwwwwwwhhhh

Entendez : QQQUIOCQ , Qui , Quoi Quand , Ou Comment Ce qui se prononce bien Kiosque pourpeu qu’on daigne passer sur le P du Pourquoi

Where When Who What Why

How

N’est-ce pas une raison beaucoup plus noble et plus digne d’un Grand Architecte de de l’Univers

De le même façon les apparentes copntradictions de la vie , les monstruocités par ex ; ne sont qu’autant de signes que la Nature a semés sur notre parcours pour nous inciter à la reflexion

Et aussi, à l’action

On commence seulement à voir notre bonheur dans les souffrances d’autrui

Combien on a été bêtes de ne pas y avoir pensé plus tôt

Lorsqu’one nenferamit les fous dans des maisons de santé

Ou que l’on considérait la naissance d’une fille comme une infamie dans les grandes familles :

Notre stupidité n’a eu d’égale que notre curiosité

Et notre amour de la vie n’a pu égaler que notre peutr de la mort

Aujourd’hui le R.C va changer tout ce monde absurde

La mort de la peur devrait être égale et opposée à la vie de l’amour

Mazis où sopn,t passées mles gtemrs qui vonty nous permettre d’équiloibrer la stu^pidité avec la curiosité

A moins wqqu’elles ne soient pas doués d’éqsuilibre

 

 

 

 

Dimanche 14 janvier 2001

 

Réveil plein d’amertume :

Des files d’attente pour jouer au loto , au millionnaire et Dieu sait quoi encore , des millions de téléspectateurs l’œil rivé à leur écran de télévision à des heures régulières , pour savoir ce qui se passe à l’autre bout du monde , comme s’ils avaient quelque pouvoir de décision sur les événements , des publicités pour maigrir sur des largeurs de magasines…

Et tu voudrais que je croies en l’avenir de ce monde ?

Non mais chez qui … ?

 

 

Le lendemain :

En fait si ! j’y crois

Au second ou au 2n degré

Je réserve le 2n+1 aux jours de déprime

La loi de répartition des aptitudes et des besoins au sein d’une collectivité obeit aussi à cette division binaire (fonctions sinus et cosinus)

Il faudrait être aveugle par nature ou par volonté , pour traiter notre condition et notre reflexion sur cette même condition comme deux choses distinctes

Action et Reflexion se suivent – ou se précèdent- comme le font les fonctions circulaires

 

Samedi 7 Avril 2001

 

Après re-reflexion on se dit que cette alternance a toujours été respectée

Même si à l’échelle de l’homme les appels des pacifistes bêlants ne constituent que l’écho lointain des ….des bellicistes hurlants

Cet arguments suffirait-il à faire taire ceux qui prétendent « extirper » le mal de façon dféfinitive de la société ?

Ou bien encore : résoudre « une fois pour toutes » tel problème de drogue – prostotution-petite délinquance etc …

 

 

 

 

Dimanche 13 Mai 2001

 

Meeting à la place de la République à la mémoire du poête Kabyle (? ) assassiné par les militaires d’Alger . Une conscience qui se réveille enfin . Qui a dit que les peuples n’ont que les gouvernants qu’ils méritent . Le courageux peuple kabyle a aussi perdu son chef , assassiné lui aussi , il serait temps qu’il ait un gouvernement qu’il mérite

 

 

Dimanche 24 Juin 2001

Veille de fête – Faut-il encore revenir sur cette vanité des anniversaires ?

A ceux – et surtout celles – qui me prêtent les défauts des « cancer » je répondrai seulement ceci : Je croirai aux coincidences astrales quand j’aurai fait le tour de l’Univers

Changeaons de sujet :

La prolifération de la littérature

Les écrivains romanciers sont tellement persuadés de l’importance de l’écrit qu’ils ne pourraient envisager de vivre dans un monde basé sur la seule parole

Tout le monde croit avoir un avis sur tout et considère un devoir de le faire savoir

Si la loi de la demande et l’offre était appliquée au marché de la production intellectuelle , les lecteurs seraient bientôt mieux rémunérés que les écrivains

Et ne serait-ce pas une autre manière de rétablir l’équilibre ?

 

Samedi 14 Juillet 2001

 

Ai-Bi (suite)

Est-ce un faux problème que de savoir si le besoin de lire a précédé ou suivi l’aptitude à écrire ?

Est-il  logique d’admettre l’existence de besoins incompressibles ?

Exemples : le besoin sexuel

Comment concilier cette idée avec la création de nouveaux besoins

( ou la disparition de besoins « ringards » ) ?

Autant de faiblesses à prendre en compte pour la construction d’une théorie cyclique des besoins – et des aptitudes - .Je travaille à cette théorie depuis des années et je pense avoir trouvé un moyen simple de représenter le caractère cyclique des besoins : l’utilisation des développements en série des fonctions sinus et cosinus ; les besoins correspondent en effet à des charges impaires et les aptitudes à des charges paires pour les cellules

Autre coincidence : les séries des coefficients de Fourier utilisent les lettres a et b qui sont les initiales des aptitudes et des besoins , n’est-ce pas un hasard heureux ?

De plus la possibilité de transfert de calories d’une cellule à une autre implique que tous les besoins soient interchangeables , autrement dit les calories inutilisées sur un besoin sur-satisfait sont reportées sur un besoin insatisfait

La conclusion que j’en tire est qu’une telle idée ( nature différente ) ne saurait fonder une classification . Pas plus que l’idée de « necessité n’a pu dans le passé constituer une base solide pour la classification économique des « utilités «  ou produits de consommation

Où s’arrête en effet la nécéessité et où commence le « luxe » du superflu ?

Demandez donc aux artistes pourquoi la musique considérée comme le superflu est parfois aussi nécessaire que le manger et dormir

Devrais-je attendre l’au-delà pour voir ces idées enfin admises dans les écoles

Mais quelles écoles va aussitôt se demander le lecteur-professeur ?

 

Mercredi 15 Août 2001

 

La solitude ça n’existe pas !

Qu’est-ce qu’il voulait donc dire ce chanteur mal inspiré

Et la société hypocrite d’en rajouter une couche «  la solitude est mauvaise conseillère « 

La bonne société elle , est de bon conseil puisqu’elle n’admet ni le suicide ni l’exclusion

 

Dimanche 9 Septembre 2001

Etablir correspondance entre codes génétiques (ACTG) et couples (Ni-Ai) (*)

Classifications possibles des besoins

Inputs et outputs cellulaires mesurés en calories

Conversion % dépenses pour un revenu moyen en unités d’énergie

La monnaie n’est –elle pas aussi une forme d’énergie ?

Lors d’un colloque à Bruxelles un physicien n’a t-il pas osé dire que l’invention de l’argent était plus importante que la bombe atomique

Si l’on mesure l’importance en nombre de victimes assurément l’argent détiendrait la palme

…d’or , l’expression est on ne peut plus appropriée

_________________________________

(*)

Adénine – Cytosine – Timine - Guanine

 

 

21 Octobre 2001

 

On entend partout içi et là un même refrain

En apparence nouveau : en apparence seulement je répète et j’insiste lourdement

Et que je te fustige les « media » sur leur tiedeur

Dire qu’on a prétendu même que Dieu n’aimait pas les tièdes

Quelle sagesse dans la folie !

Et la pensée unique qui …que et le consensus mou dont qui que quoi …où ?

Mais où donc est passée la modération

Parmi d’autres joyeusetés j’ai glanées celles –là

Alors que le discours diamétralement opposé est encore frais dans les mémoires –certaines il est vrai les moins jeunes -

Il n’y a pas si longtemps en effet -souviens cher vieux lecteur- on reprochait en effet aux gazettes de déchainer les passions

Voire les conflits !

Faudrait voir à s’entendre !

Je dis : attention danger !

Quand les pensées extrêmes se rapprochent aussi dangereusement c’est que la folie guette

Mais non mais non !

Assurent les bons esprits bons

Ce n’est que l’accélération de l’Histoire

Tu parles ….Alfred !

Je dis cela pour donner des frissons au lecteur

Puisque le prénommé Alfred s’appelait en fait Hitchcock

Lui au moins faisait du cinéma … par profession de foi

 

 

Non daté (Octobre ?)

 

Il y a parfois dans cet ouvrage des dialogues longs , peut-être même indigestes

Tu as été prévenu cher lecteur avant de t’aventurer dans ces lignes

Un philosophe qui s’ignore a parfois tendance à se laisser aller …

A oublier que tout le monde à d’autres « tâches ménagères » à caresser

Ou à balayer par la pensée et l’action

Ou encore par l’action sur sa propre pensée

 

Dimanche 16 Décembre 2001

Le parcours des combattants des cocktails est commencé :

 

Ce qu’ils peuvent être agaçants ces inconscients qui parlent du « scandale de la faim dans le monde » pendant leurs agapes pantagrueliques

Mais comment le faire remarquer dans une société sans passer pour un trouble-fête , au sens propre du terme

 

Jours de fêtes : Noêl et St Sylvestre :

J’ai précisément - aussi bien par sadisme que par humanisme – voulu mettre en epplication l’idée qui précède :

Mal m’en a pris

Ce qui ne m’a pas eempêché de me goifrer come tous les autres

Et merde pour la reine d’Angleterre

Quabnd je vous disais qu’entre le Bien et le Mal il n’y avait pas l’épaisseur d’une méchante grippe – indigestion ?

 

Samedi 12 Janvier 2002

Les gens passent leur temps à scier la branche sur laquelle ils sont assis

J ‘ai eu souvent l’occasion de méditer sur la validité de ce proverbe

L ‘âge aidant je crois pouvoir en démonter le mécanisme

Mais voyons plutôt quelques exemples

 

L’échec éditorial peut pousser un auteur à travailler davantage , donc à réussir

Cet auteur retiendra -t-il le nom d’un éditeur comme artisan de son succès ?

Certainement pas ! il ne se rappellera que le côté négatif de son comportement , pour lui il ne sera jamais que l’éditeur qui a refusé son manuscrit quand il mangeait encore de la vache enragée . certes le dit éditeur lui-même a eu entretemps le temps de se mordre les doigts , aujourd’hui comme on dit il ; viendrait plutôt lui manger dans la main

 

Autre exemple : celui çi davantage de notoriété publique : les américains ont beaucoup contribué à l’édification de l ‘Europe Communautaire . Mais qui se souvient encore du plan Marshall ?

Aujourd’hui l’Europe veut tailler des croupières aux USA– sur le plan économique s’entend mais chacun sait que le politique suivra - Aujourd’hui donc l’Europe menace de faire trébucher l’oncle Sam ; Se trouvera-t-il un américain pour reprocher à ses concitoyens «  d’avoir scié la branche sur laquelle ils étaient assis ?

Se trouvera-t-il un Européen pour comprendre ses propos ?

 

Poussée à l’absurde la théorie cyclique du progrès voudrait que chaque individu passât une journée – ou une heure – à défaire ce qu’il a fait durant la journée – ou l’heure- précéfente

Tout vient du fait qu’on ne considère jamais qu’un côté du comportement des gens – soi-même inclus – l’aspect négatif ou l’aspect positif

Il devrait pourtant être clair que nos actions ont toujours deux aspects

Au moins

 

 

 

5 Novembre 2001

Pessimisme ou Optimisme ?

L’homme est-il libre ou déterminé ?

Vivre ses passions ou restreindre ses désirs ?

Tourne la tête à gauche pour effacer les pensées négatives

Et tourne là aussitôt à droite aussi pour chasser les bonnes pensées

Lorsque les apories philosophiques sont débattues comme des problèmes de société la crise menace

Mais s’agit-il d’une crise de croissance ou de déclin ?

Pour qui sait observer tous les signes du déclin sont présents aujourd’hui dans les sociétés occidentales

Cependant certaines sociétés tout comme les individus ont la capacité de se réveiller comme neuves après une nuit de sommeil agité

Comme les vagues reprennent de manière incessante ce que les vagues précédentes ont laissé à la terre

On devrait par exemple imposer aux media de moduler leur flot d’informations sur ce thème : une bonne nouvelle suivant (ou précédant ) l’annonce d’une catastrophe

Attention à la parité ! un besoin de sensation suivi aussitôt d’une aptitude à la retenue

 

Ce même jour

 

Les idées sont comme les parisiens : un jour elles viennent en foule

Et le lendemain il n’y a personne

 

Pessimisme-Optimisme « suite « 

Mais je pourrais dire aussi bien Socialisme-Libéralisme etc …

Lorsqu’une partie de la collectivité s’empare d’une idée l’autre moitié en est déjà revenue

C’est de cette manière qu’il faut entendre l’évolution infinie des sociétés entre l’être vide et l’être plein

La science n’a pas pour but de répondre à ces questions insoluble

Lesquelles ne sont souvent que des faux problèmes

Comment par exemple résoudre un problème existentiel dans l’existence

On ne peut pas , en d’autres termes , déterminer le sens de l’existence lorsqu’on est soi-même assigné à une direction au sein de cette existence

 

6 Décembre 2001

 

Sous les assauts répétés du pessimisme , de la gauche suicidaire , des loisirs ,de la drogue

Du « repententisme » , sans oublier les délocalisations , le féminisme , le vieillissement de la population , l’islamisme et j’en passe le géant Occident sent ses forces faiblir , le voile de la mort lui brouille la vue . Certes il était temps que l’Orient reprenne le flambeau , mais pour les admirateurs de l’effort inutile , rien ne sera plus jamais comme avant

 

 

8 Janvier 2002

 

On pourrait croire que les ennuis de la planète seraient terminés quand tout le monde pourra manger à sa faim

Las ! les pauvres à mon avis ne valent pas mieux que les riches

Quant elles se seront goinfré , ces bouches inutiles voudront chanter peut-être , et après il leur faudra des maisons , des voitures , des loisirs …

Je vous dis moi, qu’on n’en sortira jamais

 

25 Juin

La Bourse ou la vie

Acheter des actionis pour les revendre plus cher

Je remprends les termes d’un écrivain – mort je crois – depuis

Moi , ça me confond

Dans le déchainement de la spéculation à l’échelle mondiale on peut avoir deux attitudes

Il y a ceux qui en profitent et ceux qui râlenet parqceau’ils voudraient bien en profiter

Où suis-je moi dans ce néant glauque de de requins nageurs en eaux troubles

J’avoue honteusement n’avoir pas encore choisi mon camp

Si l’ provernbe dit qu’il n’y a pas de sot métier pourquoi chercherr à fustiger les spéculateurs

Surtout que je me trouve bien ioncapable de miser des muillions sur une blue chip et passer une nuit blanche à attendre l’ouverture des marchés

Alors d’où vient cette haine de l’incompréhensible ?

N’y autrai-il pas une parenté avec la peur de la mort dans tout ces mouvements anarchistes – et anarchiques – de l’économie et des marchés des changes

Ou bien voudrait- on seulement donner le change ?

En prétendant luttre contre la mondialisationi de l’argent

 

28 Juin 2002

 

le racisme des français : le racisme est un mal – ou un bien – de paysan , or la France est

-était jusqu’ très récemment- un pays d’agriculteurs . Il n’est pas de défaut – ou de qualité

qui n’ait un jour conscience de ses limites

Les définitions auraient donc elles aussi une conscience ?

Tiens tiens …

 

11 Juillet 2002

 

Pourquoi parler de moyenne statistique » puisque toute moyenne est - par définition- statistique ?

Ou peut-être pas si sûr ?

Est-on dans la moyenne des élèves lorsqu’on a la moyenne ?

Examinons autrement la question :

Qu’est ce qui différencie une moyenne d’une tendance centrale en termes de probabilités ?

En fait la tendance centrale n’existe qu’à l’infini puisqu’il faut un nombre de plus en plus grand de jets d’une pièce de monnaie ( ou d’un dé ) pour obtenir la probabilité ½ ( ou 1/6 )

Alors pourquoi assimiler la tendance centrale à une moyenne ?

Encore une pénirie de termes : On parle d’homme-masse et de tendance moyenne comme si ces termes avaient un sens

Alors q’uils ne sont construits que sur des sables mouvants

14 Juillet 2002

N’étant pas physicien par profession – seulement par amour ou si l’on préfère par intérêt gratuit –j’ai voulu me documenter sur la physique quantiqueEt ainsi j’ai pu entendre suffisamment d’aneries débitées par non moins suffisants charlatans que j’ai été à jamais dégoûté

Non pas de la physique heureusement – du reste elle n’y est pour rien la pauvre –

Dégoûté de notre tendance perpétuelle à attendre des fous qu’ils nous enseignent la sagesse

Ce qui -soit dit en passant – pourrait aussi bien s’interprêter ainsi :

N’attends pas cher lecteur d’un sage qu’il t’apprenne des choses sur ta folie

Et puis aussi : il y a toujours la possibilité qu’une grande idée soit un jour combattue par une autre

J’aurais bonne mine si un jour tous ces théoriciens s’aperçoivent qu’ils se sont trompés

Un conseil de pseudo-sage :

Evites cher lecteur –lectrice évites comme la peste ou le sida les idées obscures

Elles risquent , dans le meilleur des cas de te conduire à …l’obscurité !

Si une idée ne peut être exprimée dans un langage accessible à tous  - je répète bien à tous ne serait-il pas plus plus sage de la rejeter aux oubliettes ?

Plutôt que de se livrer à des contorsions grotesques de langage ! ?

Il est vrai que d’aucuns considèrent les mathématiques aussi comme un langage

Allez donc savoir !

 

 

Mercredi 25 Décembre 2002

 

Avec l’intrusion des femmes dans la société nous sommes entyrés dans l’ère de la volatitlité

C-a-d de réduction des mouvements d’amplitude forte et au contraire la multiplication des petits événements de fréquence éléevée

Est-ce une évolution normale ? souhaitable ? inéluctable 
Qui peut dire quelle est la bone orientation d’une société en l’absence d’eune autoriyé morale ou éthico-religieuse ?

Pour les uns l’important c’est …la rose ?

Ou le parfum de la rose ?

Ai-je déjà cité la recette du Fringant LACSAP (*)

Rien n’est important fors …. l’importance

Une société a atteint un seuil critique lorsque les volontés de changements sont à la fois nombreuses et indépendantes

Une loi statistioque dite « normale » indique un optimum de bonheur ou de satisfaction lorsque une tellke condition est réalisée

Ce qui est bien ler cas aujourd’hui dans les civilisations dites « occidentales »

C’e’st parcequ’on a déjà ateint le stade du bonheur qu’on se pose le plus de questions sur son ;acvenir

Sans toutefois avoir une idée claire et tranchée sur ce que devrait être cet acvenir

On cause , on cause

Quand je te disais qu’on était entrés dans l’ère de la parole en l’air …

 

Si j’ai offensé quiquecefut il n’a à s’en prendre qu’à sa propre self-opinion

Je ne suis pas spécialiste non plus des fleurs fanées à jeter aux artistes

 

 

___________________________________ 

 

Désolé ! j'ai dù  découper ce journal en  / tranches /

obeissant ainsi - car je suis resté bête et discipliné  -

à l'injonction de sa seigneurie webmestre 

grâce lui soit rendue !  ainsi qu'à ses concurrents

bonne lectrices  chères (mauvaises) lectures !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



28/07/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres