M.I.C.E.L

Un peu de lecture - L'argent du Beur

 

 

L'argent du Beur ( extraits)

 

Polar à plusieurs mains - les votres aussi !

 

Chapitre 5

 

La pègre

 

 

REM : les « points de contact «  entre membres de la pègre et politiciens

Et ce bon peuple qui s'imagine qu'on peut avoir une société bien propre

Avec des discours à la foire du trône…

 

Note de l'auteur

A l'intention des (l-l) :

 

-le kabyle dans la BMW  comment s'appelle-t-il déjà

Mais au fait : on ne l'a pas encore vu dans cet ouvrage

Voilà que l'auteur s'emmêle les pinceaux…

Avec vos crayons …

L'enseignement est un art bien difficile allez !

Le  titre de ce chapitre est trompeur :

Il sera encore question du livre

Et des pérégrinations intellectuelles de qui-vous-savez ( ?)

                                                                       *

 

 

Les barmen constituent l'interface entre le milieu et le reste de la société

Curieuse société où les débits de boissons alcoolisées sont ouverts à tous les vents , et où les maisons de sexe sont par définition closes ; comme si le besoin de sexe était moins légitime que le besoin d'alcool !

 

Nous sommes placés dans le monde onirique de notre héros de capé et de plume sergent-major

Ou pour le lecteur qui vient de naître , de pointe bic car il y a belle lurette que les plumes sergent-major se sont noyées dans les encriers

 

C'est en fait dans les prisons que les gars du milieu se retrouvent

« on se retrouvera dans la deux bis disait un petit baluchonneur à un vieux cheval de retour , spécialisé lui , dans la roulotte

. Il ne faut surtout pas mélanger la tire et la roulotte , l'esprit de caste est encore très marqué parmi les « affranchis » Un braqueur inspire le même respect  qu'un PDG dans l'autre celui des « caves »

Il ne faut pas oublier que la rapine était une chose aussi courante que respectable chez les anciens seigneurs de la guerre , on ne faisait prisonniers que les grands chefs , qui faute de compte en banque bien garni et pour cause …avaient du répondant sonnant et trébuchant

 

Mais comme les idées se bousculaient dans la pauvre tête d notre héros de la comprenette ,il nota une pensée en vol : un exemple du proverbe « scier la branche .. ; »

Les femmes qui veulent aujourd'hui changer le monde seraient bien surprises si on leur démontrait que c'est en partie grâce à leurs efforts que le milieu est aujourd'hui la face honteuse de la société

Pourquoi ?

Parce que si les hommes étaient libres de leurs gestes , ils passeraient le plus clair de leurs journées à s'entretuer

Voyez comme dans les réunions de salon les femmes passent pour des régulatrices du jeu , toujours à chercher le compromis , la solution qui mette en accord les deux coqs du groupe

Ergots tirés dans la position des mousquetaires . Si les femmes ont toujours été à l'origine des guerres , on doit ajouter aussitôt  que les  hommes n'auront jamais fini de leur témoigner leur reconnaissance puisqu'ils ne demandaient que cela : des occasions d'en découdre

C'est donc la féminisation de la société qui est à l'origine de la « civilisation »

Et vous voulez que je vous dise ? les femmes n'auront de cesse qu'elles n'aient détruit cet équilibre que leurs grand-mères ont mis tant d'ardeur à construire , tant d'ardeur vous voyez ce que je veux dire ? les plus grandes idées des plus grands hommes sont passées entre les cuisses de leurs bonnes femmes ; Et tant de ruse aussi , voyez par exemple le mythe Samson-Dalida : l'homme a toujours été – en matière sexuelle s'entend  - ….

-     c'est  Dalila  pas dalida !

-     Comment ?

-     J'ai dit … oui , continue

-     Je disais donc , l'homme a toujours été une poupée aux mains de ces jeteuses de sorts-suceuses de bites

-     Et comme elles aiment aussi jouer à la poupée …

N'est-il pas vrai qu'il faut insulter les gens par où elles aiment pêcher

 

                                                                       *

 

Après l'incontournable numéro des café-cigarettes-coup-d'œil à travers les rideaux : ce jour-là le temps n'inspirait ni le corps ni le mental , un ciel si gris qu'il faut lui pardonner disait quelqu'un , encore une voix chère qui s'est tue .

« -Bon si on revenait aux choses sérieuses ?

Me voilà pris entre le marteau et l'enclume

Ou bien j'essaie de récupérer mon fric et je vais me mettre à dos la pègre

Ou bien je ne fais rien et  ce sera la police à plus ou moins brève échéance car il faudra bien que je vole ; si je veux becqueter

Et si tu essayais le jeûne lui souffla son lutin-mutin

Et si tu essayais toi le silence lui répondit son rival ,

 

Tiens … une idée pour commencer : je  vais  passer en revue les astuces d'écrivains

Eliminons tout de suite les ficelles cousues de fil blanc

Style étalage scientifique ou  hisotorico- technico- cocorico….-commercial

Ou encore les descriptions de vieux meubles à la Balzac

Puisqu'il est précisémént question de meubler

Reste donc :

L'énumération style Frédéric Dard  fouillant- les poches de Bérurier

Tiens ! j'avais pas remarqué : les flics et les voyous ont les mêmes manies de vider les poches des honnêtes gens . Ce g »ant du polar était plutôt du côté des premiers

Il a même tenté de justifier  le passage à tabac– si ma mémoire est bonne à tout faire –

A propos : si quelqu'un ou quelqu'une  connaît l'origine de cette expression il serait

Bien aimable  de …

Dites voir les mecs : est-ce que je ne serais pas sous influence ?

Tenterais-je par hasard  de marcher sur les plates bandes du  çi-devant cité  F . Dard  - alias S.A*

Une tante SA*  ? allons donc  Et comment aurait-il des plates bandes ?

Pour lui , contrairement à Brassens la bandaison c'était sur commande

 

Il y a encore les tics verbaux du genre « et je dirais mêmes plus «  . Albert Camus avait utilisé ce procédé mais je ne me rappelle plus dans quel roman ; l'étranger peut-être ?…

Qu'est-ce qu'il y d'autre ?

« Ah oui ! …-Cervantès – ou qui que ce fut qui ait réellement écrit  Don Quichotte ; a-t-il eu recours à l'un de ces artifices ? Quel romancier n'a pas rêvé écrire ce roman ? D'un autre côté pouvait-on dire à l'époque , qu'il connaîtrait une si longue et si brillante carrière

On ne peut pas meubler un roman avec des causeries des coucheries et des beuveries

Et que peut-on voir d'autre dans un roman ou au ciné ?  manger , parler , courir après des chimères …C'est encore une forme de  Mimétisme  tout ça :: tendance à l'exagération dans un sens ou dans l'autre

« -Finalement , il en est du roman comme de l'amour ; pas encore de recette en vue

On enseigne bien les techniques de la vente ; et il est encore des gens –Même parmi les patrons d'entreprises  - qui sont convaincus que la vente tient plutôt du flair

Alors pourquoi n'y aurait-il pas une école du roman ?

Bon revenons à nos brebis galeuses [1] :

Notre atelier d'écriture :

___________________________________________________________

 

(3) Ce qu'il peut être agaçant avec ses digressions

Combien de fois faudra-t-il se farcir  cette expression ?

Je sais pas , j'ai pas tenu compte

Et de toutes façons énerver les (l-l)  – Combien sont-ils sont toujours 3 , au fait ? –

Je reprends : Enerver les (l-l) fait partie du programme

Ah bon !

rem : L* convoqué par le patron de la pègre (prostitution)

où loge-t-elle ? comment l'a-t-il connue

relations avec « Parent » le pourri   ripou  trafiquant de drogue à ses heures sup.

L* va-t-il  devoir collaborer avec le kabyle , pour retrouver son magot ?

…A suivre donc

Comme disaient les écrivains- malins des années …  romans , B.D. etc ..

Quelles années au fait ?

Si vous êtes trop jeunes vous pouvez « skipper » ce chapitre

 

___________________________

 

 M.A.J le 15/12/2007

 

Pour lire la suite

 

 

 

 

Chapitre 6  La garde à vue – (1ère)-

 

Antoine

Manuel

 

 

L'interrogatoire durait depuis deux heures. Par un accord tacite Antoine s'était attribué le rôle du méchant et Manuel celui du bon. Il ne pouvait en être autrement considérant le gabarit vaguement teuton du premier et la volubilité toute méditerranéenne du second. Notez bien que sa faconde n'empêchait pas le Manuel de piquer parfois des crises féroces; mais dès qu'il s'agissait de manipuler un "client" de l'acculer froidement et méthodiquement dans les cordes , il devait passer la main

On va reprendre tout ça calmement fit d'entrée de jeu Antoine Selzner , ouvre un peu Manuel tu veux ? Ça commence à dauber la-d'dans

-tu veux une cigarette

-j'ai déjà assez fumé , j'ai mal à la tête

-on s'occupera de ça plus tard , rappelle  moi ton nom

-putain ça fait la dixième fois que je vous le dis

-ça fait rien , redis le encore une fois

-pfff...Madani Chérif

-Madani c'est le nom ou le prénom ?

-c'est le nom de famille , Chérif c'est le prénom

-Vous ne seriez pas parent avec le chanteur de Raî , intervint Ortiz-Garcia ?

-je ne connais pas de chanteur de ce nom là

-bon , on continue , domicile ?

138 rue d'Aubervilliers dans le 19 ème

-tiens ! Je croyais que tu habitais la cité des 4000 à la Courneuve ?

-non ça c'est le domicile de ma femme

-mais maintenant tu vis seul , c'est ça ?

- oui comme je vous l'ai dit , on a divorcé ça fait trois ans , la Courneuve c'est là où  habitent les parents de mon ex-femme

-ce sont eux qui  te fournissaient la came ?

-quelle came ? Je n'ai jamais parlé de came moi !

-moi non plus …on  se paye un caoua ? c'est la maison Royco qui régale

-         je ne comprends  rien  à ce que vous dites

-         - tu veux pas faire une pause  , fumer un joint par exemple , c'est qu'on est des gens  qu'ont le sens de l'hospitalité , on dira ce qu'on voudra des flics mais une chose qu'on peut pas leur ôter c'est ça , le sens de l'hospitalité , jamais renvoyé un client du violon

Sur un signe d'Ortiz    Antoine se leva

-         Tu veux nous congeler ou quoi ?

-         Il referma la fenêtre

-         Il est pas un peu fêlé vot' collègue ? me proposer un joint dans les locaux de la police

Vous pouvez pas me retenir toute la journée içi , faut que je parle à un avocat

-         C'est quoi le nom de votre avocat ?

-         Je …je me rappelle  plus son nom mais  j'ai son numéro dans mon  agenda

-         Vous ne voulez pas plutôt  boire quelque chose  fumer une cigarette;

-         Je vous ai déjà dit que j'avais trop fumé

-         Alors je vais fumer à votre place ,

 

_______________________

 

Chapitre  7

                                               Le livre (2ème)

 

 

REM

Insérer le braqueures ( extrait)

 

Y* a retrouvé  ses notes et sa machine

On va voir ce qu'on va voir :

 

Le hold-up

 

Où l'on entendra parler des

braqueurs philo 

Mais peut-être les avez-vous déjà rencontrés ?

J' sais plus où j'en suis , moi

C'est Estève  - un des inconnus dont je vous ai parlé en intro

C'est donc un certain Estève qui a eu l'idée du braquage

Il se trouve que les deux « siamois » avaient une dette envers L*

L'argent recueilli  auprès de la « recette » des contributions

Devrait permettre à ce dernier de voir venir

Curieux parcours que celui de l'argent

Ou le pèze si vous préférez

Dont on dit qu'il n'a pas d'odeur

Il pèse si lourd dans les poches des contribuables

Qu'il finit par se répandre sur le macadam

A moins qu'il n'aille arroser…

Auquel cas il est plus à propos de parler d'oseille

Arroser les mauvaises graines du milieu

Lesquelles s'empressent de  le refiler aux « bavards »

Et que  croyez vous qu'ils fassent de leur blé

Ces cultivateurs du verbe ?

Ils le sèment parbleu !

Dans les milieux interlopes

Où on cultive la drogue et la prostitution

Ces deux autres « siamoises »

                       

 

Le hold-up ( on reprend )

 

Où l'on entendra parler des

braqueurs philo 

Mais peut-être les avez-vous déjà rencontrés ?

J' sais plus où j'en suis , moi



[1]              

... a suivre ...



17/12/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres